Avant de retrouver le tea talk Pretty Little Liars, j'ai décidé d'inviter quelqu'un a collaboré pour ce nouvel article des Coffee Date! J'adore sortir et discuter autour d'un café avec mes amis. C'est exactement la même idée que vous allez retrouver ici sauf que pour la première fois, je ne serais pas celle qui parle! Je m'intéresse beaucoup à ce que mes proches aiment et je trouve qu'il est intéressant de pouvoir découvrir quelque chose d'inattendu, qu'on aurait jamais pensé aimer! C'est pour cela qu'aujourd'hui, Nicolas va vous parler d'une série qu'il adore en ce moment, Kill la Kill!
Before my Pretty Little Liars tea talk, I decided to invite someone special to write on this blog for this Coffee Date edition! I love speaking with my friends around a coffee table and that is exactly the idea I had when I decided to have guest on my blog! I care about what my friends love. We may not share the same tastes but sometimes, speaking with a friend can unexpectedly convince you to watch a particular show or read a certain book. Today, Nicolas will be sharing with you his thoughts on Kill la Kill!

Kill la Kill
La série que je vais présenter est un anime qui a eu un succès énorme au japon, mais aussi aux USA : Kill la Kill. Ce qui m’a plu tout d’abord, c'est style visuel qui s’éloigne de ce qui sort maintenant. Il est impossible de pas reconnaître un screen de Kill la Kill, rien qu’au chara-design. Ce style mélange des effets qui rappellent les animé traditionnels dessinés à la main (maintenant tout est fait par logiciel quasiment) mélangés avec des effets plus ou moins récents, ce qui donne un style qui caractérise bien la série.
The anime I will talk about has known a huge success, both in Japan and in the US : Kill la Kill. What was the most striking in this anime is the design which is far from nowadays animes’ formatted design. Not to being able to identify a Kill la Kill screenshot with chara-design only is barely impossible. The style mixes traditional hand drawing animes—instead of computerized drawing— with modern or past visual effects, which give the show this very particular design.

Bon, l’histoire. Là aussi très originale. Pour résumé, l’académie Honnōji Gakuen est dirigée par Satsuki et est gérée sur un modèle militaire. Les « no-stars » sont en bas de l’échelle et les « three-stars » sont en haut. Les étoiles correspondent au pourcentage de fibres nommées Life Fibers qui sont intégrées aux uniformes. Ces uniformes donnent aux porteurs des pouvoirs plus ou moins grands selon le nombre d’étoiles, et sont donnés par Satsuki afin de récompenser les président de club (les clubs sont au japon quasi-obligatoires dans les collèges, lycées, fac). Les étudiants se battent pour avoir le droit de posséder ou garder les uniformes et ainsi offrir à leur famille des conditions de vie convenables. Un jour, Ryuko découvre son père mourant en rentrant chez elle. Son père est perforé par une lame de ciseau géante (certains élèments semble improbables au départ). Son père a le temps de lui dire que son meurtre est lié à Satsuki avant de retirer la lame de son corps et de mourir. Ryuko se rend à l’académie, provoquant Satsuki en duel, mais se fait vite démolir par un membre de club. Le soir, en retournant sur les ruines de sa maison incendiée, elle tombe dans la cave et découvre un uniforme vivant, Kamui Senketsu. Elle décide donc de se rendre de retour à l’académie...
The story is really unique. The academy Honnōji Gakuen is led by Satsuki and organized after a military-ranking system. “No-stars” are on the bottom of the ladder wheareas “three-stars” are on the top. The stars are a ratio of fibers sewn into the uniforms. These uniforms grant more or less  power according to the percentage of life fibers. They are offered by Satsuki to club leaders (clubs are in Japan really important, a sort of after school activity in high schools and universities). Students are fighting each other in order to offer their family better life conditions. One day, Ryuko discover her dad dying when she arrived home. Her father was stabbed by a giant scissor blade. He told Ryuko that is murder is linked with Satsuki while removing the blade to give it to Ryuko, before dying. Ryuko goes to the academy, challenging Satsuki to duel her before being crushed by a club leader’s overwhelming power. In the evening, she went back to her father’s mansion, recently burned down. She fell into the cave and discover a living uniform, the Godrobe Senketsu. She decides to wear it and go back to the academy...



Ce qui m’a le plus frappé, ce sont la bande sonore et les plans. Chaque personnage a son propre thème et ce thème se lance à chacune de leurs apparitions. Lors des batailles très rapides, les thèmes se succèdent par tronçons, ce qui donne un côté vraiment poignant et une aura à chaque scène. Les thèmes se lancent toujours parfaitement et soulignent l’intensité d’une émotion de manière très efficace. L’OST a été composée par Hiroyuki Sawano, un maître dans son domaine, qui a composé les excellentes OST de Mobile Suit Gundam Unicorn ou encore Shingeki no Kyojin. S’assurer les services de Sawano signifie avoir une OST qui va jouer une grand part dans l’impact psychologique du spectateur. Je dois dire que je suis fan de Gundam, toutes séries confondues, surtout de Gundam Wing qui a marqué mon enfance et qui ne me quitte toujours pas. Dans Gundam Unicorn, les scènes où apparaissent le gundam prennent une ampleur hors du commun grâce à la musique de Sawano. Je dois avouer que même si je suis fan de Kill la Kill, la musique à jouer un rôle décisif dans l’impact que cette série a eu sur moi et qui serait peut-être moindre si le compositeur était différent. Le thème qui marque le plus au début de la série est celui de satsuki, « Kiryuu G@ KiLL », mélangeant orchestre classique et guitare électrique. Combiné à l’aura lumineuse qui iradie littéralement l’écran à chaque apparition de Satsuki, l’impact des apparitions est vraiment saisissant. De même, lorsque le thème de Ryuko « before my body is dry » se lance lors des situations désespérées où qu’elle fait appelle à Senketsu, on ne peut s’empêcher de ressentir la vague de force qui s’empare de Ryuko. Souvent dans les séries, films ou anime, la musique sert à « décorer » ou rapidement souligner une situation, mais de manière générale la musique a clairement perdu son sens. A l’époque, on disait que la musique était 50% du film, et, Sawano prouve qu’effectivement une bonne composition change radicalement l’impact d’un film ou d’une série. Ce que je trouve intéressant avec Sawano, c’est qu’il ne se limite pas a un style. On passe du classique au métal, en passant par l’electro parfois avant-gardiste et poussée, tout en faisant un crochet par le rap pour revenir sur de la pop... Et parfois même, il mélange tout. Cette optique non limitée de la musique fait aussi qu’il ajuste correctement les styles ou les mélanges aux situations. La musique n’est plus seulement un genre d’art catonné a un style mais sert l’animation en puisant dans chaque style pour en tirer le maximum d’émotion. Ironiquement, dans un Japon qui considère la musique et les groupes comme des produits dépendants de la mode, Sawano sort son épingle du jeu par son côté touche à tout et polyvalent pour servir la musique et non jouer le jeu des majors. 
What struck me the most was the OST and the shots. Each character has his own theme and each appearance of the character triggers the theme. During fast paced battles, the musical themes are alterning to match each character, giving a sort of aura to them. Themes are always perfectly triggered in a way that they emphasize the emotion of the scene. The music was composed by Hiroyuki Sawano, one of the main figure in Japanese compositors. He also worked on the beautiful OST of Mobile Suit Gundam and Attack on Titans. Relying on Sawano is a way to insure an OST will reach the deepest feelings of the audience. In Gundam Unicorn, the scenes where the Gundam appears immensely bennefit from Sawano's music, adding a sense of grandeur. I have to admit that the music played a huge role in my love for Kill la Kill. I perhaps wouldn't have a love it so much if the music was composed by another musician. The theme which strikes the most, called "Kiryuu G@ KiLL", situated at the beginning of the show, mixes classical orchestra and electric guitars. Combined with the almost blinding aura of Satsuki, it makes the appearance of the main character even more powerful! The same way, Ryuko's theme "Before my body is dry" starts when the victory seems out of reach or when she calls out Senketsu and makes the audience feel the strength filling Ryuko's heart. Very often in shows, movies or animes, music is only a mere tool which is used to embellish the scenes or to underline a feeling.
In my opinion, music has lost most of its power in movies and animations on the contrary to the movies of the 1950s. Sawano uses music as a main component and proves that composing a good OST benefits the movie. He is following the way of past movies compositors which said that the music was 50% of a movie. What is interesting with him is that he doesn't limite himself to a few music genres and uses classical from metal music, allowing himself a detour by electronic music, rap and pop... sometimes even mixing everything. His mindset allows him to use each genre to match a particular scene or a certain character. Music is not an art caged in a genre but an art which serves shows by using each style to convey perfectly emotions. Ironically, Japan's music industry considers bands and musicians as mere products, easily disposable according to the trend. In the contrary, Sawano distinguishes himself with its jack-of-all-trades side in order to serve the music and not play the majors' game.

6x02- Song of Innocence 
& 6x03 Song of Experience
Pour lire mon Avis sur les deux derniers épisodes de Pretty Little LiArs, sélectionnez le texte A l'Aide de votre souris, bitches!
To reAd my thoughts on the lAst two episodes of Pretty Little LiArs, select the text with your mouse, bitches!

/!\ Que dire à part "ENFIN", les filles sont traumatisées par ce que leur a fait -A ou Charles! Il était temps depuis le début de la série! Ca m'étonnes par contre qu'elles ne soient pas plus encadrées que ça par un psychologue (coucou Dr Sullivan!) après avoir passé plus d'un mois dans la dollhouse! 
Ses deux épisodes sont vraiment centrés sur l'après-dollhouse que ça soit pour les filles ou pour leur entourage et j'ai vraiment apprécié ça! Ne pas avoir seulement une course à qui est -A est vraiment agréable! Même si finalement Charles n'est pas Andrew (Qui avait raison?!?), j'ai l'impression que la réponse va vite se faire connaitre! Ce qui me tarde surtout est de savoir ce qui s'est passé quand elles étaient enfermées dans leurs chambres maintenant que l'on sait que Charles leur a fait croire qu'elles se torturaient entre elles! D'après la promo du prochain épisode, on devrait avoir la réponse mardi prochain!!
Dernière chose: Est ce que je suis la seule à remarquer qu'il y a de plus en plus d'indices à la -A sur Aria? La peluche cochon dans la main, la poupée dans la chambre, le mensonge évident (à la police, concernant Andrew), sa façon de prendre des photos et le fait que les autres personnages lui fassent la réflexion qu'elle est très intelligente... Tout ça est très intriguant d'un coup!
PS: J'ai envie qu'il y ai encore une chance pour Andrew et Aria! (Parce qu'aussi, regardez moi ses fossettes!!!)
The girls are FINALLY traumatized by what -A did to them after 5 seasons!! I find it strange nonetheless that they are not followed by a psychiatrist (hello Dr. Sullivan!) after spending more than a month alone, in the dollhouse!
These two episodes focused on the life after the dollhouse. I have to admit that I find it refreshing to watch episodes where the girls' main focus is not finding absolutely who A is! And surprise! Andrew is not -A! I have a feeling that the answer is very close though and it is about time to know who is "bitch" is!
I can't wait to know what happened to the girls when they spent more than 3 weeks alone in their rooms!  All we know so far is that A made them think they were torturing each other but it was not the case! Seeing by the promo, we will get the answer next week!
Last thing: Is it me or there are a lot of obvious -A hints around Aria? I noticed so far the pig toy, the doll in her room, her big lie about Andrew, her way to photograph things since the dollhouse and the curious fact that several characters told her that she was clever... Very intriguing! 
PS: Is there any chance that Andrew can forgive Aria? I mean, look at his cute little dimples!!!/!\


J'espère que vous avez aimez cet article! On se retrouve demain, d'ici là, bon dimanche!
I hope you like this post! See you tomorrow but until then, have a great sunday!


XOXO Georgina